H.com

Retour

Revalorisation salariale et CCT Santé 21

Revalorisation salariale et CCT Santé 21

27.01.2022

 

Par Gérald Brandt, directeur des ressources humaines

 

Applaudir c’est bien ; rémunérer juste, c’est mieux. Jamais la question de la revalorisation salariale d’un corps de métier n’aura autant été évoquée que ces deux dernières années, et ce à juste titre, vu l’engagement extraordinaire des soignants pendant la pandémie de Covid-19. Mais quel est le niveau de salaire adéquat pour une fonction donnée ? De nombreux paramètres entrent en matière et, selon le point de vue, difficile de trouver une réponse unique et juste. Toutefois, il existe un droit fondamental inscrit dans la Constitution fédérale (art. 8, al. 3) : « L’homme et la femme ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale ». Le RHNe s’est pleinement engagé dans cette voie, en étant le premier hôpital de Suisse à faire reconnaître l’égalité salariale appliquée à l’ensemble de son personnel, égalité qui a été confirmée lors de l’audit de renouvellement de la certification.

Plusieurs approches existent pour définir un niveau de rémunération adéquat pour une fonction ou un métier. Celle appliquée au sein de la CCT Santé 21 suit les préconisations d’un prestataire neutre et indépendant, dont plusieurs cantons et organismes publics et privés reprennent également les principes. Ainsi, plusieurs paramètres sont pris en considération : ils permettent de classer un métier, une fonction, dans une bande salariale similaire pour tous les métiers qui sont comparables et mobilisent les mêmes compétences ou dispositions. 

Le modèle utilisé par la CCT Santé 21 repose sur cinq domaines spécifiques :

1.         Compétence professionnelle (connaissances et savoir-faire) ;

2.         Compétence personnelle (autonomie, flexibilité) ;

3.         Compétence sociale (communication, coopération et travail en équipe) ;

4.         Compétence de conduite et de conseil (conduite, soutien à la conduite/conseil) ;

5.         Sollicitations et conditions de travail (temps de travail, influence de l’environnement, sollicitations sensorielles, physiques ou psychiques)

Le principe de comparaison est appliqué dans l’évaluation des fonctions, afin de garantir une équité de traitement interne et externe entre les différents corps de métier. Par ailleurs, la CCT Santé 21 a défini un certain nombre de fonctions dites de référence, afin de garantir une équité de traitement entre les institutions de santé du canton et ancrer des points de comparaison. Ainsi, le processus prend un certain temps, mais contribue à maintenir un système juste. De ce fait, l’évaluation des fonctions de référence - comme la fonction d’infirmier-ière actuellement à l’étude - peut paraître fastidieuse. Mais c’est la condition nécessaire pour rémunérer de façon juste les nombreux métiers qui contribuent au bon fonctionnement quotidien des institutions de santé.

En qualité de principal employeur du canton, le RHNe s’engage à proposer des rémunérations justes, en adéquation avec les contraintes professionnelles, tenant toutefois également compte de ses contraintes financières. La rémunération fait ainsi partie des éléments d’une juste reconnaissance du travail accompli, bien que ce ne soit pas le seul : j’en profite pour vous transmettre un immense Merci pour votre implication quotidienne.