H.com

Retour

« Grâce au taux élevé d’immunité, le RHNe est un lieu sûr pour les patients »

« Grâce au taux élevé d’immunité, le RHNe est un lieu sûr pour les patients »

14.06.2021

Au terme de la troisième campagne de vaccination contre le Covid-19, le taux d’immunité des collaboratrices et collaborateurs atteint 76%.

« Le RHNe est un lieu sécurisé pour l’accueil de nos patients : le taux d’immunité au Covid-19 dépasse largement celui de la population », se réjouit Mylène Cordary Basin, infirmière coordinatrice du service de Gestion de la santé en entreprise (SGSE). De janvier à juin 2021, elle a supervisé les trois campagnes de vaccination menée au sein du RHNe au gré des doses obtenues, principalement du Moderna. Au 25 juin 2021, 1769 (61%)collaboratrices et collaborateurs ont reçu leurs deux doses de vaccin ou une dose unique après avoir fait la maladie. 303 collaborateurs externes et  dont 81 médecins-consultants ont également été vaccinés contre le Covid-19 au sein du RHNe. Sur l’ensemble, seuls six collaborateurs ont nécessité une prise en charge médicale suite à la vaccination. Les personnes concernées ont pu rentrer chez elles après quelques heures en observation.

« Le taux de vaccinés au sein du département des soins représente 59 %, détaille Mylène Cordary Basin. À cela, s’ajoutent les personnes qui ont eu le Covid et sont donc également immunisées. » Et de poursuivre : « Par exemple, dans le service de gériatrie aigue, le taux de vaccination est de 12%. Cependant, comme 50% des soignants de ce service ont contracté la maladie, le taux d’immunité est très bon. » Car le virus, qui avait relativement épargné les employés du RHNe durant la première vague, les a fortement touchés dès octobre. Au final, depuis mars 2020, 18% ont été testés positifs. Afin de maintenir un taux élevé d’immunité dans les services, nous souhaitons organiser une 4ème campagne vaccinale à l’automne.

Mylène Cordary Basin rappelle l’importance de la vaccination : « Elle limite également l’absentéisme dû aux quarantaines. Ce qui permet un bon roulement des équipes et donc une meilleure prise en charge de nos patients. Les collaboratrices et collaborateurs ont vraiment joué le jeu et compris que le devoir citoyen est primordial, surtout dans le milieu de la santé. C’est grâce à eux que l’on a atteint ce taux d’immunité élevé » La coordinatrice du SGSE tient encore à souligner que le risque de complications graves dues au COVID-19 est plusieurs fois supérieur à la probabilité d’effets secondaires sévères à la suite de la vaccination : « En d’autres termes, le danger vient du coronavirus, et non du vaccin. »

Recommandations à la veille des grandes vacances

Alors que la situation sur le front épidémique s’est fortement améliorée en Suisse et que les établissements publics sont ouverts, la prudence reste de mise. Depuis le 17 juin, les visites (une personne à la fois, pendant une heure) aux patients du RHNe sont de nouveau autorisées sans prise de rendez-vous, mais les gestes barrières et mesures sanitaires demeurent.

Les ressources humaines ont également rappelé aux collaboratrices et collaborateurs les principales dispositions fédérales ci-après, à prendre en considération avant un potentiel départ à l’étranger, car elles peuvent avoir une incidence sur les aspects d’assurances et de rémunération. Les ressources humaines recommandent par ailleurs de bien se renseigner avant le départ, lesdites dispositions pouvant faire l’objet de modifications :

  1. Les collaboratrices-eurs non vacciné-e-s, ou n’ayant pas eu le Covid-19, qui doivent suivre une quarantaine suite au retour d’une zone ou État à risque selon la liste de l’OFSP ne seront pas rémunérés lors de leur quarantaine, conformément aux dispositions en vigueur ;
  2. Les collaboratrices-eurs vacciné-e-s ou guéri-e-s (ayant eu le Covid-19) ne doivent plus faire de quarantaine à leur retour d’un État ou d’une zone à risque (il est nécessaire de s’adresser aux ambassades dudit pays, afin d’y obtenir les conditions d’entrée), pour autant que ce ne soit pas un État où circule un variant préoccupant (cf. point 3) ;
  3. Les collaboratrices-eurs qui partent dans les États où circulent un variant préoccupant, tels Afrique du Sud, Brésil, Canada, Inde, Népal, Royaume-Uni, devront faire une quarantaine qui ne sera pas rémunérée, même si vous avez été vacciné-e-s ou êtes guéri-e-s d’une Covid-19 ;